Les secrets du Bureau: noms, symbolisme et personnages




« Les secrets du Bureau » vous vont passer de l’autre côté du Bureau des Âmes (BDA), dans un monde de notes, de réflexions et de petites migraines, ayant finalement abouties à la publication de la trilogie.



Bienvenue dans les coulisses du Bureau ! Pour inaugurer cette série d’articles consacrés à au premier tome du BDA, ‘’La Dame en noir’’, j’ai décidé de vous parler du symbolisme qui se cache derrière les noms de mes personnages. Car, comme les chiffres, les dates et les lieux (qui feront l’objet d’un prochain épisode), je ne les ai pas choisis au hasard ! Qu’ils servent la narration ou la personnalité de ceux qui les portent, les noms sont très importants dans la série. Et si je voulais vous aider à résoudre l’affaire du Foudroyeur avant Mathieu lui-même, je vous conseillerais vivement d’y prêter attention. Mais comme ce n’est pas le cas, on va dire que je n’ai jamais écrit la phrase que vous venez de lire.


ATTENTION : certaines informations contiennent des spoilers. C’est pourquoi, j’ai signalé certains passages à l’aide de la balise ‘'SPOILERS‘’. À lire à vos risques et périls.






Personnages Principaux



Mathieu Bonnaire


Le prénom Mathieu est issu de l'hébreu " Mattithyahū " qui signifie « Don de Dieu ». L’ami Bonnaire étant médium, le choix me semblait cohérent. À noter que Mathieu, dans l’évangile, est un apôtre, percepteur des impôts, peu estimé de ses clients. Si aujourd’hui encore, on apprécie peu les gens de taxe, les agents de la police ne sont également pas en odeur de sainteté. Notre héros est d’ailleurs pris à partie plusieurs fois au cours de la saga, à cause de l’insigne qu’il porte.

Quant à son patronyme, j’ai simplement trouvé qu’il sonnait bien à l’oreille, une fois accolé au prénom.



Prudence Lacroix


On passe notre vie à nous dire de faire ‘’faire attention’’ : « Fais attention en traversant la route ! », « Fais attention quand tu sors ! », « Fais attention de ne pas t’étouffer avec ce mochi ! ». Pourtant, vous aurez beau être attentif une vie durant, la mort finira toujours par vous faucher. Prudence était donc le prénom cyniquement parfait pour la dame en noir. Une dame, qui ne devait pas porter le nom de famille qu’elle a aujourd’hui, mais simplement celui de ‘’Croix’’, pour rappeler le cimetière dans lequel elle évolue. Pour des raisons sonores, encore une fois, je lui ai préféré ‘’Lacroix’’.

Fun Fact : on m’a fait remarquer qu’on partageait presque les mêmes initiales, en plus des cheveux longs. En réalité – et c’est un autre secret-, la physionomie de Prudence est inspirée de deux personnages de fiction : la shinigami Rukia dans Bleach (un manga qui met en scène des dieux de la mort) et la médium Vanessa Ives de Penny Dreadful, interprétée par la somptueuse Eva Green (mon actrice favorite).




Quelques personnages secondaires


Le Bureau des morts

Anastase Bellecourt : Anastase est l’agent d’accueil du Bureau français. Très bel homme et grand bavard, le patronyme « Bellecourt » était donc tout choisi pour celui qui aime converser avec les défunts fraîchement arrivés au Bureau. En grec, son prénom veut dire « né une nouvelle fois ». Parfait, pour la première personne que les âmes rencontrent une fois de l’Autre-coté !


Maïwenn Kouarc’h: Maïwenn est l’équivalent du prénom breton ‘’Marie’’, qui signifie « celle qui élève ». La collègue de Prudence ayant un rapport à l’amour et la maternité particulier même dans la mort, ce prénom lui collait comme à la faux. Vous le découvrirez au fil des pages, mais les hommes en noir viennent des différents coins de la planète. Je lui ai donc choisi un nom de famille en adéquation avec son prénom.


Aristée Montgomery : le directeur de la région Île-de-France est l’un des faucheurs les plus efficaces du pays. Tout le monde l’encense et le vénère – sauf Prudence-, et son prénom n’a d’égal que son panache – et son ego -, puisqu’il signifie « le meilleur » en grec ancien. Je le voyais britannique dans mon esprit (avec des traits proches de ceux du ténébreux Matthew Goode), donc Montgomery était un patronyme tout indiqué.


Dutheuil de La Rochere: Gontran Ernest Léopold Dutheuil de La Rochère, de son nom complet, est peut-être l’esprit qu’on retrouve le plus dans ce premier tome. Il faut savoir que la famille Dutheil de La Rochère a bel et bien existé. Elle appartenait à la noblesse du XVIIe siècle et était originaire du Poitou. Gontran n’a quant à lui jamais fait partie de l’histoire de France, mais son prénom signifiant « combat » en germanique était tellement ironique quand on connaît le lascar, que je ne pouvais pas le nommer autrement !



Le Bureau des vivants

Maxime Versignachi : Versignachi est le nom de jeune fille de ma grand-mère maternelle. Sa famille est arrivée en France pendant la deuxième guerre mondiale, pour fuir le régime de Mussolini. Comme de nombreuses familles italiennes, ce côté de l’arbre généalogique est catholique, bien que ma grand-mère ait un rapport particulier avec la religion. Si elle a été pratiquante pendant des années, elle a aujourd’hui une spiritualité plus personnelle, qui mêle catholicisme et croyances dites ‘’païennes’’. Le personnage de Maxime a lui aussi une relation complexe avec sa foi. Avant sa mort, il était tiraillé entre les dogmes catholiques et des croyances non acceptées par l’Église qui l’ont mis sur la piste du Foudroyeur. Quant à son prénom, il signifie « le plus grand » (enquêteur ?).


Nadine Bolongo : la capitaine de l’équipe où évolue Mathieu est une vraie badass. Mais pas que ! Comme son prénom l’indique, Nadine est une femme bienveillante et maternelle qui garde toujours espoir. Que ce soit par rapport à la santé de Bonnaire ou au sujet de l’affaire des Foudroyés. Elle est d’origine congolaise.


Hugo Cavillot : le cas Cavillot est l’un des premiers sur lequel Prudence et Mathieu vont travailler de concert. Hugo était un petit génie de l’informatique. Comme je n’y connaissais rien dans ce domaine, j’ai demandé les conseils d’un ami d’un ami, ultra calé sur le sujet… qui s’appelait Hugo ! Il faut donc y voir un hommage.


-SPOILERS- Cathy Rech : le personnage du docteur Rech intervient dans la dernière partie du tome, alors que Mathieu et son équipe enquêtent sur la mort d’Henri Meyer. J’ai déjà mis la balise ‘’spoilers’’ mais, Henri avait une romance avec Cathy, avant de la quitter subitement pour une femme plus jeune. Si l’histoire vous semble familière, c’est normal, elle est inspirée de la vie tragique de Catherine d’Aragon, première épouse d’Henri VIII, qui la quitta pour la (plus) jeune et séduisante Anne Boleyn. À noter que dans la série Les Tudors, Henri VIII est joué par Jonathan Rhys Meyers. Voilà, voilà. Sinon, un des chirurgiens orthopédiques qui m’a suivi pendant mon enfance était allemand, d’où l’origine du nom de famille du docteur.




On rencontre énormément de personnages au cours de la saga, notamment via les aventures policières de nos deux héros. Je vous invite alors à vous intéresser aux noms et prénoms de chacun d’entre eux, puisqu'il y aura toujours une signification cachée quelque part. Bonne enquête !

17 vues